FrancaisEnglish (United Kingdom)
 

Responsable de publication :
Olivier Martin

Responsable éditoriale :
Rozenn Le Guyader

Administrateur de l'infoservice :
Thierry Balliau

Amandine Cornille obtient un financement ATIP-Avenir 2019-2021* destiné à comprendre les bases génomique de la coévolution hôte-parasite dans un contexte de domestication chez les pucerons et les pommiers.

 

Dysaphys plantaginaComprendre les mécanismes permettant aux populations de s'adapter à leur environnement est un enjeu majeur de recherche en écologie.

La coévolution hôte-pathogène est largement considérée comme un facteur d'adaptation des populations et a donc été un modèle d'étude pour comprendre les processus évolutifs impliqués dans l'adaptation locale. Cependant, à ce jour, les régions génomiques et les molécules impliquées dans l'adaptation locale sous-jacente aux interactions hôte-parasite sont encore inconnues. De même, le contributions relatives des interactions entre les espèces (facteur biotique) et des facteurs abiotiques dans l'adaptation n'est toujours pas claire.

Aborder ces problèmes est plus qu'un simple exercice académique. La compréhension des processus d'adaptation locale dans les interactions hôte-parasite peut aider à résoudre des problèmes urgents, tels que la façon dont les changements environnementaux modifient l'émergence de pathogènes conduisant à des extinctions hôtes,comment promouvoir la durabilité des agroécosystèmes face aux maladies émergentes des cultures, ou à l'orientation de politique de santé publique dans un contexte où de plus en plus de pathogènes et leurs vecteurs émergent et étendent leurs distributions géographiques.

PommesAmandine Cornille, du laboratoire GQE-Le Moulon, a obtenu un financement ATIP-Avenir (2019-2021) pour monter son équipe dans le but de mieux comprendre les bases génomiques et moléculaires de l'adaptation locale dans la coévolution hôte-parasite dans un contexte de changement environnemental récent, la domestication. Elle utilisera comme modèles d’étude les pucerons et les pommiers. En particulier, Amandine Cornille examinera si le puceron cendré du pommier, Dysaphis plantaginea, le principal ravageur des vergers de pommiers en Europe, s’est adapté localement aux pommiers cultivé et sauvage en Europe, lors de la récente colonisation de son hôte il y a environ 1 500 ans.

Ce projet permettra de mieux comprendre les bases génomiques de l’adaptation dans les interactions hôte-parasite, et aussi l’impact du climat sur ces interactions.

* ATIP-Avenir : le programme ATIP-Avenir du CNRS est un programme de soutien aux jeunes chercheurs pour les aider à constituer une équipe autonome dans les domaines des sciences de la vie et de la santé.