logo umr
Génétique Quantitative et Évolution - Le Moulon

Sortie de confinement à GQE-Le Moulon

Entré en confinement le 16 mars, GQE-Le Moulon a dû interrompre une grande partie de ses activités. Mais grâce à la mobilisation exceptionnelle de ses agents, des expérimentations sur le terrain ont pu être poursuivies et la vie de la collectivité maintenue. Depuis le lundi 11 mai, le déconfinement progressif permet aux télétravailleurs de retourner enfin à la ferme, au compte-goutte, selon des règles sanitaires strictes.

Poursuite d’expérimentations au champ en confinement

Les mesures de prévention contre la propagation du virus Covid-19 ont fortement impacté la vie de l’UMR. Toutes les activités du laboratoire de biologie moléculaire se sont arrêtées le mardi 16 mars à midi, et la plateforme PAPPSO a mis en veille son spectromètre de masse. Mais heureusement nous avons pu poursuivre une partie des activités sur matériel vivant, grâce à une mobilisation continue de techniciens, ingénieurs, chercheurs et enseignants-chercheurs du Moulon, et l’intervention d’agriculteurs locaux qui ont collaboré aux travaux au champ.

Le projet DoMiSol de l’équipe GEvAD nécessite des croisements cultivé/sauvage sur plusieurs espèces végétales. Karine Alix a effectué des croisements sur les choux, espèce la plus précoce du projet, tandis que des semis de millets et les plantations de betteraves ont été supervisés par Maud Tenaillon .

Semis de millet et croisements de choux

Pour le projet ATIP, Amandine Cornille et Agnès Rousselet ont nourri l’élevage in vitro de pucerons sur plants de pommiers, et avec les jardiniers de l’I2BC, Amandine a pu implanter une manipe de suivi des pommiers sauvages dans les serres de l’I2BC.

Dans l’équipe DEAP, ce sont Jérôme Enjalbert , Timothée Flutre et Isabelle Goldringer qui se sont relayés au jardin pour suivre l’expérimentation menée sur des mélanges de lignées de blé.

travail sur les mélanges de blés

GQMS a pu préparer les semences de maïs en suivant les règles de distanciation physique : Cyril Bauland , Laurence Moreau et Alain Charcosset ont formé des lots de graines pour remplir les sachets préparés par Sophie Pin , destinés aux collaborateurs du sud-ouest, région où sont conduites les cultures.

préparation des semis de maïs

Pour l’équipe BASE, Adrienne Ressayre , Nathalie Galic et Inoussa Sanané ont préparé les semis du projet PHENOPHORE de Judith Legrand , qui porte sur la lutte contre les ravageurs foreurs de tiges du maïs.

Au champ, Didier Tropée a assuré le suivi des cultures de blé, colza et le semis de maïs grande-culture effectué par l’agriculteur Emmanuel Laureau. Il a également réalisé des notations dans les essais blé. Adrienne Ressayre a continué d’observer l’évolution de la flore adventice dans la « parcelle zérophyto ». La ferme Viltain est intervenue sur notre terrain pour faucher la luzerne. Sur le plateau de Saclay, qui dit semis dit corvidés.

dégâts dus aux corvidés et pistolets effaroucheurs
et corbeaux ont maintes fois ravagé nos expérimentations en se nourrissant des graines de maïs dont ils sont friands, sachant en repérer la position régulière dans les sillons. Il a fallu se mobiliser pour chasser les corbeaux : Maud Tenaillon , Alain Charcosset , Jérôme Enjalbert , Cyril Bauland , Christine Dillmann , Adrienne Ressayre , Laurence Moreau , Didier Tropée se sont relayés avec obstination au pistolet effaroucheur, tandis que Dominique Carteron se chargeait d’effectuer le comptage régulier des ravageurs.

plantaion de sauge sclarée, Didier Tropée et l'IPS2
En parallèle, des collègues de l’IPS2 ont installé une culture de sauges sclarées en pleine terre dans le jardin (projet portant sur la qualité gustative de cette plante aromatique), aidés de Jérôme Enjalbert et Didier Tropée .

Surveillance des équipements et maintien du contact en télétravail

De nombreuses catastrophes ont été évitées grâce aux rondes régulières des gardiens Fabrice Dumas et Dominique Carteron, chargés de relever les constantes d’équipements essentiels comme les chambres froides, les chambres de culture, les climatisations, les congélateurs etc. GQE-Le Moulon a su organiser une cellule d’intervention avec des volontaires : gardiens, agents de prévention, direction, informaticiens, personnels de laboratoire et chercheurs qui se sont mobilisés pour constater les pannes, faire venir les réparateurs et les accueillir, suivre les interventions, tester les réparations. Après de nombreuses péripéties, la grande chambre de conservation des semences est enfin fonctionnelle et nos collections sont indemnes ! La direction remercie Carine Remoué , Harry Belcram , Jérôme Enjalbert , Cyril Bauland , Thierry Balliau , Benoit Johannet , Christine Dillmann , Amandine Cornille … et celles et ceux qui ont contribué au maintien du bon fonctionnement de notre potentiel technique.

Pause-café en viosioconférence : vue d'un écran

Nos informaticiens du groupe ABI-SYS ( Olivier Langella , Adrien Falce et Benoit Johannet ) n’ont rien lâché depuis le début de l’épidémie et c’est en grande partie grâce à eux que l’UMR a conservé sa vie collective et ses moyens de télétravailler, grâce aux outils libres et innovants qu’ils ont déployés au service de la collectivité.

Déconfinement : progressif et sécurisé

Depuis le lundi 11 mai, au terme du confinement, les agents de prévention Harry Belcram et Carine Remoué , les gardiens et la direction de l’UMR ont préparé trois jours durant le déconfinement : élaboration du protocole de travail en présentiel, mise en place de plannings pour conserver un taux réglementaire d’occupation des locaux, affichage de consignes, mise à disposition de matériel et produits : un travail énorme, qui a nécessité dialogue avec nos quatre tutelles, interprétation des consignes, réflexion pour adapter celles-ci à notre ferme et à nos travaux prioritaires.

Retour à la Ferme

Jeudi matin : tout est prêt ! Les volontaires sont de retour au Moulon, au compte-goutte. La ferme semble déserte, nous ne sommes qu’une demi-douzaine pour ce premier jour in situ, comme convenu dans le plan de reprise des activités. On a lu et relu les consignes et on arrive masqué. On trouve à l’entrée son kit sanitaire de travailleur déconfiné : les masques fournis par INRAE, un flacon de gel, un sac poubelle etc.

Les éléments du kit individuel de prévention
On signe le registre de présence. On réintègre son bureau, plein de soleil. Les plantes vertes sont magnifiques : merci aux collègues qui ont arrosé. On rebranche son ordinateur : merci à Benoit Johannet qui télé-gère la manipe…

Petit tour le long des couloirs vides pour voir qui est là : retrouvailles plus que cordiales, on papote à distance, on rigole derrière nos masques, mais pas que : certains ont vécu un confinement dramatique, des proches sont décédés. Mais quel plaisir de retrouver les collègues !

Les Moulonniens sont de retour à la ferme: portraits de Valérie, Yves et Conté

En cette période transitoire de déconfinement, les places sont cependant comptées. Demain ce sont d’autres qui réinvestiront le Moulon, et se croiseront - masqués - après deux mois de travail hors-site. Il faut savoir rester chez soi et y télétravailler. Grande hâte d’un retour à la normale.

Photos : Cyril Bauland , Christine Dillmann , Rozenn Le Guyader - GQE-Le Moulon